VIL POETIK PA NAN VYOLANS

Ville poétique

contre les violences légitimes

Direction Artistique Guy Régis Jr

Avec le soutien de l'Open Society Foundation

Avec la participation artistique de :

Eddy Jean Rémy

Samuel Suffren

Samba Zao

Muscadin

Ricardo Boucher

Pierre Richard Raphaël

Assistante à la création Hélène Lacroix

Logistique Junior Neptune

Médiation Kettia Naissance, Daphné Ménard

Omabarigore la ville que j’ai créée pour toi
En prenant la mer dans mes bras
Et les paysages autour de ma tête
Toutes les plantes sont ivres et portent leur printemps
Sur leur tige que les vents bâillonnent
Au milieu des forêts qui résonnent de nos sens
Des arbres sont debout qui connaissent nos secrets
Toutes les portes s’ouvrent par la puissance de tes rêves
Chaque musicien a tes sens comme instrument
Et la nuit en collier autour de la danse
Car nous amarrons les orages
Aux bras des ordures de cuisine
La douleur tombe comme les murs de Jéricho
Les portes s’ouvrent par ta seule puissance d’amour
Omabarigore où sonnent
Toutes les cloches de l’amour et de la vie
La carte s’éclaire comme ce visage que j’aime
Deux miroirs recueillant les larmes du passé
Et le peuple de l’aube assiégeant nos regards

Davertige

La parole poétique élève l’âme humaine. Elle prouve que nous sommes capables de  tout créer, tout transcender par les mots. Le mot poésie dans son essence même signifie création. Poiein : créer. Pourtant nos espaces publics, surtout urbains, sont souvent des lieux de rudesse, sans aucune finesse et poésie ; où la violence, la confrontation, s’imposent. Il serait temps de mettre en évidence le meilleur en nous dans tous ces espaces de rencontres humaines indispensables. Que dans ces espaces vive la poésie plutôt que la cruauté. Que la poésie faiblisse les potentats, la violence des plus forts. Chaque promeneur de l’espace urbain vit tant de cruautés, d’injustices gratuites, de violences au quotidien. Une liste si longue à lister qui commencerait par le respect des simples droits. Par chaque concitoyen, par le gouvernement. 

Guy Régis Jr

Sa n ap di pou zanfan yo

Sa n ap di pou tchovi yo

Sa n ap di pou demen yo

Sa n ap di pou lavni peyi a 

 

Si n te konnen kote rigwaz sòti 

Si n te konnen kote matinèt sòti 

Si n te konnen kot ajenou sou graj sòti 

Si n te konnen kot ajenou sou grenn sèl sòti 

Esklavaj ! Esklavaj ! (...)

Malgre nèg libere nèg matirize nèg tankou esklav 

Tchovi yo tankou esklav 

Zanfan yo tankou esklav 

(...)

© Hélène Lacroix / Guy Régis Jr
 

  • Facebook